Quatre associations s’unissent pour sauver des dizaines de lapins

16 juillet 2015

 

Le parc de la Boverie, près de la gare des Guillemins à Liège était apparemment devenu la zone d’abandon favorite des propriétaires de lapins nains peu scrupuleux. Certains y survivaient, mais d’autres pas. La reproduction totalement incontrôlée accentuait également le problème lié à l’errance de ces animaux, qui étaient toutefois devenus les charmants voisins des petits élèves de l’école maternelle jouxtant le terrain.

 

img-news-gauche

Des travaux menaçaient grandement les lapins

 

Suite à la fermeture de l’école et à l’annonce d’importants travaux sur le site, notamment la construction d’une passerelle reliant le parc à la gare, la communauté des petits mammifères s’est retrouvée en grand danger.

C’est l’association AnimaVeg qui a donné l’alerte et avisé les autorités communales. Ces dernières ont donné leur accord pour une capture globale gérée par l’asbl.

 

Collaboration entre refuges

 

Nathalie Bergrath, la présidente d’AnimaVeg a sollicité la collaboration de trois refuges agréés pour accueillir les lapins : Animaux en Péril, Animal Sans Toi..t et la SRPA de Liège.

Estimée à +/- 80 individus, la colonie se verra répartie au sein des trois sanctuaires, mais aussi auprès de quelques particuliers via des contrats d’adoptions avec la SRPA de Liège (après soins et stérilisation).

Pour sa part, Animaux en Péril a pris en charge et accueilli 30 lapins au refuge de Meslin-l’Evêque.

 

Une capture sportive

 

Qui a déjà couru après un lapin peut s’imaginer la difficulté d’en attraper des dizaines qui vivent en liberté sur un grand terrain herbeux.

C’est pourtant ce qu’a fait une quinzaine de courageux volontaires. Ceux-ci n’ont pas hésité à courir jusqu’à épuisement, seulement « armés » d’épuisettes et de grands filets. Certains ont été jusqu’à ramper pour atteindre les endroits les plus inaccessibles.

Commencée ce mercredi 15 juillet, cette « chasse » aux lapins se poursuivra probablement jusqu’à la fin de la semaine, afin d’attraper également les plus « sportifs ».

 

Le lapin ne s’épanouit pas dans une cage de votre appartement

 

Cette intervention prouve, une fois encore, qu’offrir un lapin comme animal de compagnie est une aberration. L’interaction avec l’enfant est quasi nulle (et ce dernier s’en lasse rapidement) et les besoins éthologiques de l’animal, souvent confiné, seul, dans une cage de moins d’un mètre carré, ne sont évidemment pas respectés.

En dehors des abandons sauvages comme dans ce parc, les abandons de lapins au sein des refuges sont également nombreux, à tel point que l’accueil de ceux-ci est souvent mis en liste d’attente.

 

Si vous arrêtez d’acheter, les animaleries arrêteront d’en vendre. La demande fait l’offre, alors dites simplement STOP!

 

Capture de lapins au parc de la Boverie à Liège
Capture de lapins au parc de la Boverie à Liège
Capture de lapins au parc de la Boverie à Liège
Capture de lapins au parc de la Boverie à Liège
Capture de lapins au parc de la Boverie à Liège
Capture de lapins au parc de la Boverie à Liège
Capture de lapins au parc de la Boverie à Liège
Capture de lapins au parc de la Boverie à Liège
Capture de lapins au parc de la Boverie à Liège