Deux saisies d’animaux de ferme et d’équidés maltraités en moins de 24 heures

29 novembre 2019

 

En ce début de semaine, Animaux en Péril et le Rêve d’Aby ont opéré deux saisies pour maltraitance : des chevaux, un poney et des poules à La Louvière et des bovins à Berchem-Sainte-Agathe. Les animaux issus de ces sauvetages vivaient dans des conditions déplorables où leur survie était fortement compromise.

 

img-news-gauche

Des animaux prisonniers de cages

 

Lundi en fin de journée, Animaux en Péril est appelée en urgence par ses collègues de la SPA de La Louvière. Ces derniers sont sollicités par les autorités communales pour la saisie de trois chevaux, d'un poney et de poules, mais la SPA ne dispose pas des infrastructures adaptées à ces espèces d’animaux. Animaux en Péril se rend immédiatement sur les lieux avec son association soeur Le Rêve d’Aby. Sur place, les équipes font face à un tableau consternant : les animaux sont enfermés dans des boxes semblables à des cages, dans un hangar absolument sordide qui a tout d’un chenil à l’abandon.

 

Livrés à eux-mêmes

 

Un homme âgé dit s’occuper des animaux qui appartiennent à sa petit-fille. Mais l’état physique des équidés laisse fortement penser qu’ils sont livrés à eux-mêmes, le manque de soins s’affiche sur leur corps; ils sont maigres, parasités, et leurs pieds sont en très mauvais état. L’un des chevaux est borgne. Les poules et les 2 coqs ne sont pas en meilleur état, ils sont également prisonniers d’une cage et recherchent désespérément de la nourriture. À l’extérieur du hangar, les équipes des refuges font une macabre découverte : le cadavre d’un poney gît sur le sol; l’homme censé s’occuper des animaux prétend qu’il est mort de vieillesse.

 

Les animaux sont chargés un à un dans les véhicules de transport des associations afin d’être rapatriés vers le refuge principal d’Animaux en Péril. À Meslin-l’Evêque, chaque équidé est installé confortablement dans un box propre et généreusement garni en paille. Après les premiers soins, les chevaux et le poney seront transférés vers les refuges d’Equi’Chance, de Tabula Rasa et d’Animal Sans Toi..t, mobilisés par leurs collègues d’Animaux en Péril et du Rêve d’Aby dans le cadre de cette saisie.

 

Des bovins extrêmement négligés au centre de Bruxelles

 

Le lendemain, c’est à Bruxelles, dans la commune de Berchem-Sainte-Agathe, que sont appelées les 2 associations afin de prendre en charge 6 bovins qui vivent dans conditions allant à l’encontre de leurs besoins les plus primaires. Les animaux appartiennent au propriétaire de la toute dernière ferme de Bruxelles. L’homme a pourtant reçu plusieurs avertissements de la part de la cellule environnement de Bruxelles-Capitale pour remettre son troupeau dans de bonnes conditions, mais il n’a jamais obtempéré. Par ailleurs, il est connu des services de police pour d’autres faits de maltraitance sur animaux dans la commune de Dilbeek.

Les autorités bruxelloises n’ont eu d’autre choix que d’ordonner la saisie des 6 bovins pour maltraitance ce mardi matin. L’inspectrice vétérinaire de la cellule environnement ainsi que 3 policières de la zone étaient sur les lieux afin d’encadrer les associations.

 

Un état sanitaire inquiétant

 

Les 5 taureaux et la vache à prendre en charge sont enfermés dans un baraquement en centre-ville, au milieu des habitations de particuliers. Leurs conditions de vie sont chaotiques et l’entretien des lieux plus que sommaire. Pas un seul cm2 du sol n’est épargné par les déjections.

 

Si l’embonpoint des animaux n’est pas catastrophique - à l’exception de la vache particulièrement maigre - leur état sanitaire est préoccupant. Leur corps est envahi par la saleté et les parasites, leurs onglons sont dans un état de négligence extrême et leurs pieds sont complètement pourris à force de patauger dans la fange.

 

Les abreuvoirs sont à sec et les bovins sont complètement déshydratés. Ils n’ont pour seule nourriture que du vieux pain. Affamés, ils se jettent littéralement sur la nourriture apportée par les équipes des refuges.

 

Les animaux ne sont absolument pas habitués au contact humain et la prise en charge s’annonce compliquée pour les équipes qui font face à des animaux très stressés par la situation. Un vétérinaire est appelé par Animaux en Péril afin d’administrer un sédatif aux bovins et leur permettre d’être embarqués dans les vans de transport en toute sérénité.

 

Les 5 taureaux rejoignent les installations d’Animaux en Péril, la vache intègre pour sa part le sanctuaire du Rêve d’Aby. Placés dans un premier temps en quarantaine, les bovins devront recevoir de nombreux soins; ils pourront ensuite rejoindre les troupeaux de leur refuge où ils bénéficieront d’un environnement parfaitement adapté à leurs besoins physiologiques et éthologiques.

 

Les équipes d’Animaux en Péril et du Rêve d’Aby félicitent l’efficacité de la zone de police et de la cellule environnement de Bruxelles-Capitale dans ce dossier ainsi que leur bonne collaboration pour la prise en charge des animaux.

 

Quel avenir pour les animaux saisis?

 

Les autorités de La Louvière et de Berchem-Sainte-Agathe auront deux mois pour fixer une destination finale aux animaux, mais les refuges sont confiants et ne doutent pas qu’au regard des situations dans lesquelles se trouvaient les animaux, ils en obtiendront la garde définitive et pourront leur assurer une nouvelle existence, définitivement à l’abri du besoin.

 

2 saisies en 24 heures
2 saisies en 24 heures
2 saisies en 24 heures
2 saisies en 24 heures
2 saisies en 24 heures
2 saisies en 24 heures
2 saisies en 24 heures
2 saisies en 24 heures
2 saisies en 24 heures
2 saisies en 24 heures
2 saisies en 24 heures
S2 saisies en 24 heures