Trois chevaux de trait saisis à Cambron-Saint-Vincent

News17 novembre 2011

 

Cambron-Saint-Vincent, le 11 novembre: un délégué d’Animaux en Péril constate la présence d’une jument de trait cachectique chez un fermier de la rue des Viviers. Prostré sur une prairie tondue à ras, l’animal fait de vains efforts pour se relever sur des pieds déformés par des abcès qui répandent un liquide purulent. Ses souffrances sont atroces. En dépit de la stature massive qui est le trait distinctif de sa race, la jument n’a que la peau sur les os, et les reliefs du squelette ondulent et saillent sous sa robe pelée.

 

Le propriétaire de l’animal est un vieux fermier qui vit sans eau ni électricité dans une ferme perdue au bout d’une allée caillouteuse. Ces faits de négligence ne sont pas les premiers à son actif, puisqu’une de ses vaches a dû être euthanasiée dans un état critique quelques mois auparavant. L’homme refuse de procéder à l’abandon de la jument, et le délégué prend contact avec Animaux en Péril, qui informe au plus vite le SPF Cellule bien-être animal.

 

Lors de son arrivée sur place, le SPF apprend le décès de la jument, emportée par la maladie et les privations. En plus de cette tragédie, un autre drame menace: trois autres chevaux de trait (sur un total de six présents) sont dans un état d’embonpoint qui va de la maigreur à la cachexie, et souffrent de différents maux. Le vétérinaire du fermier confirme par ailleurs l’absence régulière d’eau sur la prairie. Cela n’empêchera pas les deux hommes de contester la saisie (selon eux infondée) décidée par le SPF.

 

Animaux en Péril est appelée afin de procéder à l’évacuation de trois chevaux. Ceux-ci, âgés de plus de 25 ans, ont les pieds déformés par le manque d’entretien. Une vieille jument présente une excroissance massive sur le chanfrein (tumeur osseuse ou fracture non soignée, le fermier n’étant même pas capable de préciser); un liquide purulent s’écoule de son nez, et sa respiration produit un ronflement continu. Une autre, plus âgée encore, est dépourvue de dents; en l’absence de tout complément alimentaire, la jument n’est plus en mesure de se nourrir, et sa maigreur affreuse, aggravée par l’âge, a entraîné un déséquilibre important au niveau des postérieurs. Une troisième jument emprunte la même voie que les deux autres, et la malnutrition creuse chaque jour davantage son corps émacié.

 

Les chevaux ont été transférés d’urgence au refuge de Meslin l’Évêque, où l’équipe met tout en oeuvre pour les revalider au plus vite, en attendant la confirmation de saisie définitive par le SPF. L’association entend bien se porter partie civile contre le tortionnaire, non seulement afin d’obtenir justice pour les sévices commis, mais également en raison du haut risque de récidive présenté par un individu qui renonce à entretenir ses animaux une fois ceux-ci trop âgés pour être rentables.

 

Les médias en parlent:

 

 

 

 

News
 
News
 
News
 
News
 
News
 
News
 
News
 
News
Partager sur Facebook
Liste des gagnants