Insultes, menaces et diffamations : les amis de la Comtesse se croient tout permis. Animaux en Péril va déposer plainte.

23 septembre 2011

 

Depuis deux semaines, l’association Animaux en Péril est quotidiennement menacée, insultée et diffamée via les réseaux sociaux (Facebook principalement), mais également par courrier et au téléphone, par des individus se revendiquant défenseurs et amis de la Comtesse Diana du Monceau de Bergendael.

 

NewsMorceaux choisis (tels qu’on peut les lire sur Facebook):

 

  • AEP c’est des encu....
  • AEP c’est des trous du c....
  • Le Président d’AEP, on va lui faire la peau.
  • Il faudrait foutre une bombe chez l’Echevine (une des personnes qui a dénoncé les faits).
  • La directrice d’AEP est moche, c’est elle qu’il faudrait euthanasier.
  • AEP c’est des ordures.
  • AEP, ce sont des SS, et la saisie est une rafle nazie.
  • AEP c’est Auschwitz.

 

Décidément, la Noblesse n’est plus ce qu’elle était!

 

Ces attaques font suite à la saisie de 116 chiens détenus par Madame Du Monceau le 6 septembre 2011.

Les amis de Diana du Monceau estiment que cette saisie n’était pas justifiée, un point de vue impliquant que la Comtesse n’est pas soumise à la législation sur le bien-être des animaux, contrairement au commun des mortels.

Madame la Comtesse et ses amis ignorent apparemment que les privilèges de l’aristocratie sont abolis, et que la loi s’applique désormais à tous les citoyens.

 

Rappel des faits:

 

NewsLe 6 septembre dernier, les inspecteurs vétérinaires de la cellule bien-être animal du SPF-Santé publique sollicitent les associations Veeweyde, Sans Collier, SPA de Charleroi et Animaux en Péril afin de prendre en charge plus d’une centaine de chiens détenus à Chastre par la Comtesse du Monceau de Bergendael.

 

Cette décision fait suite aux nombreuses infractions à la loi sur la protection des animaux constatées sur place, et à l’état sanitaire déplorable de nombreux animaux.

 

Madame du Monceau exerçait, au sens de la loi, une activité de refuge. En effet, la Comtesse accueillait régulièrement des chiens errants ou abandonnés qu’elle donnait à des particuliers. Si cette activité part d’une intention louable, elle est toutefois soumise a une règlementation qu’il serait ici trop long de détailler, établie dans le but d’assurer le bien-être des animaux. L’autorisation d’exercer (agrément) est évidement liée au respect des normes et conditions imposées par la loi. Madame Dumonceau était en infraction avec CHACUNE de ces conditions! Pas de registre d’entrées et sorties, pas de salle de soins, surfaces et revêtements des sols non conformes, logements des animaux inadéquats, pas de dispositions prises pour éviter la reproduction des animaux, aucune mesure pour éviter aux animaux de vagabonder, etc, etc.

 

En outre, seuls 20 % des chiens étaient identifiés alors que cette mesure est obligatoire depuis 1998 ! Ce triste tableau aurait justifié à lui seul l’intervention des autorités, mais le constat a révélé bien d’autres mauvaises surprises...

 

Celle que ses amis osent comparer à Brigitte Bardot ne respectait en effet pas LE PRINCIPE DE BASE de la protection des animaux : ne pas faire d’élevage! Aucune disposition n’était prise pour empêcher les animaux de se reproduire: les mâles et les femelles non stérilisés étaient mélangés, et les inspecteurs vétérinaires ont été confrontés à la présence de plusieurs portées de chiots (dont 4 accueillies chez Animaux en Péril). Veeweyde a également accueilli des chiennes gravides (gestantes). Si d’un point de vue éthique ce manque total de responsabilité est déjà inadmissible, au sens de la loi il fait de Madame du Monceau une éleveuse. En effet, à partir de deux portées annuelles à la même adresse, l’agrément d’éleveur est obligatoire. Agrément qui prévoit également des prescriptions légales non respectées ici évidemment!

 

En outre, un agrément d’éleveur est incompatible avec un agrément de refuge, les deux vocations étant totalement opposées. La législation prévoit d’ailleurs de manière spécifique l’interdiction de faire de l’élevage au sein d’un refuge. En d’autres termes, il faut choisir!

Cerise sur le gâteau, pourtant déjà bien garni, Madame du Monceau accueillait également des chiens en pension. Et une fois encore, cette activité est soumise à une législation spécifique que la Comtesse refusait de respecter.

 

Ce qui précède, cumulé à un nombre de chiens vertigineux, a généré l’inévitable : une dégradation inacceptable de la situation sanitaire des chiens.

 

Des rapports sans équivoque:

 

NewsLes rapports vétérinaires (quelques extraits ici) sont tellement accablants que ceux-ci ont estimé qu’il valait mieux recourir à l’euthanasie pour quelques chiens (7 sur 66 accueillis chez Animaux en Péril). Chez Veeweyde, qui en a accueilli 35, la même décision a été prise pour quelques chiens.

 

La situation n’était pas neuve:

 

Contrairement à ce qu’affirment les nouveaux mousquetaires de la Comtesse, cette dernière avait déjà fait l’objet de procès-verbaux pour les mêmes faits et avait reçu de multiples avertissements qui lui laissaient une chance d’améliorer significativement les choses, notamment en mai 2009, septembre 2009 et juillet 2011. Rien n’y a fait, Madame du Monceau a toujours estimé que la loi n’était pas faite pour elle.

 

La théorie du complot:

 

Chacun l’aura compris à la lecture de ce qui précède: la confiscation des animaux a été ordonnée par le SPF cellule bien-être animal et par personne d’autre! Et ce, uniquement pour des infractions graves à la législation du 14 août 1986 sur la protection des animaux. Les «amis de Diana» essaient pourtant de nous faire croire à un gigantesque complot orchestré par le Bourgmestre de Chastre, le Parquet de Nivelles, la Région wallonne, l’inspection vétérinaire, les riverains et bien sûr Animaux en Péril en vue d’une «spéculation immobilière» (celle-là, il faudra qu’on nous l’explique). C’est pathétique!

 

Bêtise, médiocrité et désinformation:

 

Dans ce contexte, Animaux en Péril est devenu le grand méchant loup et la croisade a commencé.

Les nouveaux chevaliers blancs de Facebook avancent notamment le fait que Jean-Marc Montegnies (Président d’Animaux en Péril) aurait autorité sur les inspecteurs vétérinaires sous prétexte qu’il siège au Conseil du Bien-être des animaux. C’est non seulement grotesque mais de plus profondément injuste au regard des difficultés que nous avons parfois à faire bouger les autorités (voir notamment l’affaire d’Ogy).

En outre, les valets de la noblesse crient au scandale parce que des vétérinaires ont abrégé la souffrance des animaux les plus mal en point, mais crachent également leur venin lorsque les autres sont mis à l’adoption (la confiscation définitive a en effet été ordonnée deux jours après la saisie). Comprenne qui pourra!

Il y a toujours des gens pour tirer sur l’ambulance!

 

De la bassesse à l'immonde:

 

Certains commentaires des supporters de Madame du Monceau n’ont leur place qu’aux latrines. C’est ainsi que nous avons pu lire:

 

  • Animaux en Péril a chargé les animaux avec une rare violence.
  • Les chiens quittent un paradis pour rejoindre l’enfer.
  • Animaux en Péril touche une prime de 20 euros par euthanasie.
  • Animaux en Péril va se faire un bénéfice de 50.000 euros en vendant les chiens.
  • Animaux en Péril euthanasie les chiens lorsqu’ils sont laids et ne propose que les beaux à l’adoption.
  • Lors de la saisie, Animaux en Péril a choisi les beaux chiens et laissé les laids aux autres organisations.

Etc etc.

 

Tout cela se passe de commentaires mais est très révélateur de l’objectivité (et du niveau) des «amis de Diana».

 

Le vétérinaire de la Comtesse persiste et signe:

 

NewsLe docteur H.B., vétérinaire et ami de Madame du Monceau, a évidemment intérêt à nier les faits et appartient aux gradés de l’escadron vengeur.

Alors qu’il aurait dû être le premier à tirer le signal d’alarme, il n’hésite pas à déclarer qu’il n’y avait aucun problème, et que la loi est stupide (sic). En outre, il se vante de dire haut et fort à tous ses clients que les gens d’Animaux en Péril sont des ordures!

Ces propos et bien d’autres ayant été consignés par un huissier de justice, Animaux en Péril ne manquera pas d’en informer l’ordre des vétérinaires.

 

Qui se ressemble s’assemble:

 

Le cas de la Comtesse nous a évidemment rappelé une situation similaire à Châtelet, où les inspecteurs vétérinaires du SPF Bien-être animal ont ordonné en 2007 la saisie de 120 chiens chez une dame âgée qui les détenait dans des conditions désastreuses.

Or, une des rares paroles prononcées par la Comtesse lors de la saisie a été : «Vous me faites la même chose qu’à cette pauvre Madame Cateunis».

Et pour cause; Madame Cateunis et Madame Du Monceau sont atteintes du même syndrome: l’Animal Hoarding.

 

La presse également éclaboussée:

 

Plusieurs médias ont relaté l’affaire. Là encore, les «amis de Diana» ont tiré leurs flèches empoisonnées de mauvaise foi en déclarant haut et fort que la presse était pourrie, et à la solde d’Animaux en Péril.

Ils ont alors essayé d’inverser la tendance, mais sans succès - un échec aussitôt attribué, lui aussi, à l’influence supposée d’Animaux en Péril.

 

Harcèlement à tous les étages:

 

Il n’y a pas que sur la presse que les «amis de Diana» ont essayé de faire pression. Ils ont également tenté de s’attirer le soutien d’importantes organisations de protection animale, parmi lesquelles la Fondation Brigitte Bardot. Celles-ci n’ont évidemment pas été dupes. Alors ce sont des représentants politiques qui ont été abordés, toujours sans succès.

 

Tricherie et manipulation:

 

Faisant fi de toute déontologie, les acteurs principaux de ce mauvais film ont gonflé artificiellement le nombre de leurs sympathisants sur Facebook, en inscrivant à leur insu certains de leurs contacts sur leur groupe de désinformation.

Comme le nombre de signatures n’était dès lors pas proportionnel au nombre de membres, ils ont ensuite proposé de créer de fausses identités pour augmenter le nombre de signataires.

C’est anecdotique mais une fois encore tellement révélateur.

 

NewsUn combat d’arrière-garde:

 

La finalité de cette croisade n’est pas claire. D’un point de vue juridique, militer pour la restitution des chiens est peine perdue: les refuges d’Animaux en Péril, Sans Collier, Veeweyde et la SPA de Charleroi sont maintenant propriétaires des animaux (une décision prise par le SPF cellule Bien-être animal). D’ici quelques semaines, voire quelques mois pour les moins chanceux, ils seront tous adoptés. Et n’importe quelle personne véritablement impliquée dans la cause animale devrait s’en réjouir. De nombreux chiens ont été adoptés dès les premiers jours qui ont suivi l’intervention. Ces animaux étaient évidemment en soins, mais les adoptants ont concrétisé leur beau geste en connaissance de cause.

Que reste-t-il ? Probablement le plaisir d’insulter, de vomir son fiel sur un accomplissement qui restera à jamais hors de portée des médiocres amis de Diana. Cela porte un nom: LA JALOUSIE !

 

Constat d’huissier, plainte et dédommagement:

 

Si dans un premier temps, Animaux en Péril n’a pas réagi à cette campagne de diffamation et de désinformation, l’association estime aujourd’hui que les propos tenus à son encontre sont allés beaucoup trop loin.

Tout ce qui est évoqué ci-avant n’est qu’une petite partie de la prose ordurière des protagonistes.

Tous les propos insultants et diffamatoires ont été, ce mercredi, constatés et cautionnés par un huissier de justice.

Les meneurs ont également été identifiés.

Dans un deuxième temps, il est fort probable que l’association portera l’affaire devant les tribunaux afin d’obtenir sanction pour le préjudice subi.

 

Conclusion:

 

Pour Animaux en Péril, l’important est de trouver rapidement des adoptants pour tous les chiens qui sont encore entre ses murs. Et à ce sujet, nous sommes optimistes.

 

Mais Animaux en Péril regrette avec amertume de devoir gaspiller du temps, de l’argent et de l’énergie à lutter contre des pseudos-protecteurs des animaux qui se sentent investis d’une mission divine derrière leur écran d’ordinateur.

Partager sur Facebook
arf shop