Classement de la Corrida au patrimoine immatériel de France: les pulsions sanguinaires de nos voisins choquent l’Europe.

News3 mai 2011

 

C’est le récit d’une honteuse «première mondiale» qui suscite l’incrédulité: le 22 avril 2011, la corrida est officiellement classée au patrimoine immatériel français, un développement déclaré impossible il y a quelques mois encore par le Ministère de la Culture qui l’entérine aujourd’hui. Ce même Ministère a affirmé qu’il ne fallait pas voir là une forme de cautionnement moral envers la corrida, qui se voit donc approuvée comme patrimoine sans être validée éthiquement. En clair, les traditions les plus brutales peuvent être reconnues et protégées en tant qu’héritage culturel sur base de leur existence seule, et indépendamment de tout jugement sur leur contenu.

 

La France est le premier pays au monde à inscrire dans son patrimoine la mise à mort publique d’un animal, d’ailleurs illégale sur la majeure partie de son territoire. Car pour rappel, le Code pénal français réprime la corrida en tant qu’acte de cruauté envers les animaux, sauf dans certaines régions bénéficiant d’une dérogation; hélas, l’exception locale sert ici de référence pour un classement à connotation nationale que la plupart des Français désapprouvent.

 

Cette aberration à tous niveaux est la première étape vers une reconnaissance par l’Unesco de la tauromachie française comme patrimoine mondial. De plus la corrida, déficitaire et désavouée par 70% des Français, bénéficiera désormais de subsides d’Etat, après avoir longtemps dépendu des pouvoirs locaux - communes, départements, régions - pour survivre.

 

La Catalogne (région espagnole) a voté l’arrêt de la corrida sur son territoire à partir du 1er janvier 2012. L’Équateur, lui, se prononcera en mai à travers un référendum proposé par le président Rafael Correa, qui soutient l’abolition. Mais la France régresse envers et contre tout, contredisant des initiatives internes telles que celle d’Elie Brun, maire de la ville taurine Fréjus, qui a récemment banni la corrida de ses arènes.

 

À l’heure actuelle, les protestations se déversent par mail, téléphone et fax sur le Ministre de la culture Frédéric Mitterrand, mais également sur Nicolas Sarkozy (aficionado avoué) ainsi que son premier Ministre François Fillon. Le Ministère de la Culture a d’ailleurs supprimé de son site l’annonce fatale, estimant selon toute évidence que la dissimulation est préférable à la transparence et au débat. La manoeuvre est sans surprise, puisque le classement de la corrida lui-même est une décision adoptée en catimini, sans concertation avec les abolitionnistes, et donc en conflit flagrant avec le processus démocratique.

 

Au lendemain de la nouvelle, les défenseurs des animaux se sont regroupés en un collectif (http://www.patrimoine-corrida.fr/) comptant à ce jour 88 associations françaises, belges (dont Animaux en Péril), espagnoles, portugaises et anglaises. Le but de cette «union sacrée» sera de négocier l’obstacle, et d’obtenir le retrait de la mesure coupable.

Tous à Paris!

Afin de dénoncer l’attitude du Ministère de la culture, les associations françaises appellent à une manifestation parisienne le 28 mai 2011 à 15h. Animaux en Péril les soutient dans cette lutte qui est celle de tout individu opposé à la violence gratuite et à la torture, et organise un déplacement en car vers Paris à partir du refuge de Braine l’Alleud. Attention: les places sont limitées, et l’inscription obligatoire est à effectuer PAR TÉLÉPHONE UNIQUEMENT au 02/385.00.75. Le voyage sera gratuit pour les membres d’Animaux en Péril et leur famille, 25 euros seront demandés aux autres volontaires.

 

Plus d’informations peuvent être obtenues sur le site du collectif (http://www.patrimoine-corrida.fr/) qui comporte également une pétition à signer sans modération.

News
 
News
 
News

 

Partager sur Facebook
arf shop