1000 personnes à Paris pour dire NON à la corrida

News29 mai 2011

 

22 avril 2011: le Ministère français de la Culture annonce le classement de la corrida au patrimoine immatériel de France, et ce à la stupeur générale, les anticorridas ayant été exclus du débat au mépris de tout processus démocratique.

 

La manoeuvre reçoit ensuite l’approbation du Président-aficionado Nicolas Sarkozy, qui réaffirme la place de la corrida dans le patrimoine national. Pourtant, le Code pénal français réprime la corrida en tant qu’acte de cruauté envers les animaux, même s’il accorde des dérogations locales aux villes taurines; et 70% des Français condamnent cet exercice de sadisme travesti en spectacle.

 

Le classement n’a pas en soi une valeur démesurée, mais il représente une étape vers la reconnaissance de la Corrida par l’Unesco, projet ultime des aficionados. La tauromachie française, mourante faute de soutien populaire, et subventionnée jusqu’à ce jour au niveau régional uniquement, pourrait ainsi bénéficier de fonds beaucoup plus conséquents.

 

Une vague de protestations a déferlé par courrier ou via Internet sur le Président français et son Ministre de la Culture Frédéric Mitterrand, contestant une décision aussi amorale qu’arbitraire. Merci à ceux qui ont écrit depuis nos terres belges, ajoutant à la mobilisation abolitionniste française le poids de la désapprobation internationale. Pour rappel, une pétition peut toujours être signée à l’adresse http://www.patrimoine-corrida.fr/, site du collectif mis sur pied au lendemain de l’annonce afin de lutter contre la progression de la gangrène tauromachique. Ce collectif regroupe à ce jour 159 associations françaises, belges (dont Animaux en Péril), espagnoles, portugaises et anglaises.

 

La manifestation du 28 mai a été un moment fort de la contestation. Plus d’un millier de personnes, réunies face au Louvre, ont crié leur opposition au classement et applaudi les orateurs successifs, parmi lesquels on retrouvait Gérard Charollois (Convention Vie et Nature pour une Ecologie Radicale), Jean-Marc Montegnies (Animaux en Péril), Jean-Pierre Garrigues (CRAC), Christophe Marie (Fondation Brigitte Bardot), et Marius Kolff (de l’excellent Comité Anti Stierenvechten, association hollandaise contre la corrida). Le podium qui les accueillait était surplombé d’un écran géant diffusant les images du film de Jérôme Lescure, Alinea 3.

 

On retiendra aussi l’excellent discours de Muriel Marland-Militello, première parlementaire à avoir déposé un projet de loi visant à interdire la corrida en France, projet malheureusement boudé par la majorité à l’Assemblée Nationale. Muriel Marland-Militello défie ainsi son propre parti, l’UMP (Union pour un Mouvement Populaire), qui est aussi celui du Président français Nicolas Sarkozy.

 

Soulignons l’organisation sans faute du CRAC (Comité Radicalement Anti Corrida), qui a parfaitement orchestré ce meeting parisien de près de 3 heures. De nombreuses associations étaient présentes, armées de calicots, panneaux et banderoles; parmi elles, Animaux en Péril arborait 50 participants vêtus de bleu, dont la présence, toujours très appréciée de nos amis français, a été saluée par Christophe Marie (représentant de la Fondation Brigitte Bardot) comme la «force bleue» revenue de Belgique.

 

La seule fausse note était l’absence totale des médias nationaux français, inféodés à l’idéologie de leurs dirigeants et rigoureusement absents une fois de plus. Le constat est d’autant plus grinçant que la manifestation formule une opinion majoritaire en France; une preuve de plus, si besoin en est, que les personnalités en vue dans les milieux médiatiques comptent de nombreux adorateurs de la corrida (Claire Chazal, pour ne citer qu’elle).

Partager sur Facebook