L’horreur à Colfontaine: un cheval emmuré vivant depuis des mois

News4 avril 2011

 

Jeudi 31 mars, une déléguée d’Animaux en Péril se rend rue de Widgies à Colfontaine afin de contrôler l’état d’un cheval qu’un témoin décrit comme squelettique. L’animal aurait passé des mois emmuré dans un abri minuscule et sordide. La déléguée arrivé sur la prairie au moment où un homme s’en éloigne; elle ne l’interpelle pas mais se dirige vers l’abri, un taudis au toit percé dont l’entrée est barricadée de planches.

 

Ce qu’elle contemple par une fenêtre est un cauchemar: le cheval gît sur le sol, étendu de tout son long dans ses excréments. Sa maigreur affreuse, l’état catastrophique de son poil et de sa peau, donnent l’illusion d’un animal mort, déjà en décomposition, et seul un léger souffle de vie soulève les côtes saillantes. Des escarres et des plaies à vif, dues à des contacts répétés avec un sol en briques dépourvu de toute litière, sont visibles sur les coudes, le dos et les lèvres.

 

La police, aussitôt avertie, convoque le propriétaire sur les lieux. La déléguée reconnaît en lui l’homme aperçu plus tôt. Quelques poignées de grain jetées dans l’abri attestent du fait que l’individu est allé jusqu’à la fenêtre, a constaté l’état de sa victime, et est reparti en la laissant à son sort. L’homme déclare néanmoins s’occuper parfaitement de ses animaux. Précisons que jamais dans toute l’histoire d’Animaux en Péril un équidé n’a été retrouvé en si mauvais état, et néanmoins toujours vivant.

 

NewsLe constat du vétérinaire, appelé d’urgence, est pessimiste: le cheval, Sisco, souffre d’une myopathie (dégénérescence du tissu musculaire) et d’une gale; poux et puces le dévorent. Il est âgé d’à peine quatre ans. Selon la vétérinaire, Sisco est allongé depuis plusieurs heures, au cours desquelles il a vainement tenté de se relever et a effectué plusieurs chutes. La tête a heurté le sol a répétition, provoquant plaies et hématomes autour de l’oeil droit, gonflé comme une balle de tennis.

 

Entouré par notre équipe d’un lit de couvertures et de paille, Sisco, qui ne peut être déplacé, est mis sous perfusion de glucose et avale un peu de foin. Mais après six heures de soins intensifs et de tentatives pour le relever, la vétérinaire constate que la jambe postérieure droite est raidie, empêchant le retour à une position normale. Le pouls diminue, les muqueuses sont congestionnées, le coeur lâche peu à peu. A minuit trente, tout espoir est perdu, et la vétérinaire abrège les souffrances de Sisco.

 

Un autre cheval aurait été euthanasié la semaine d’avant dans un état similaire de maigreur, avec la circonstance aggravante de sabots démesurément longs.

 

Un poney Shetland a également été découvert dans l’abri voisin, lui aussi galeux, couvert de poux et emmuré sans paille ni foin. Il a été saisi et emmené au refuge de Meslin l’Evêque.

 

Engins Engins
Partager sur Facebook