Veau frigorifié saisi à Quévy

2 janvier 2021

 

Ce week-end, vous avez été des milliers à relayer quelques photos d’un veau en situation de détresse dans une prairie de la région montoise.

 

img-news-gauche

Depuis samedi, le jeune bovin est en sécurité au refuge d’Animaux en Péril à Meslin l’Evêque.

Retour sur cette affaire qui a suscité l’indignation sur les réseaux sociaux…

 

La bourgmestre de l’entité demande alors à sa police d’identifier le propriétaire afin de lui signifier que les soins apportés à son animal sont insuffisants et qu’il doit remédier à la situation.

 

Dans le même temps, l’élue locale requiert un vétérinaire afin d’obtenir un rapport qui décrira une situation « à surveiller, mais non alarmante ». De plus, la police prévient l’UBEA de la Région wallonne qui ne se déplace pas. Sur injonction de la police locale, le propriétaire daigne passer apporter un peu de paille et de fourrage.

 

Les jours passent et la situation, comme on pouvait s’en douter, se dégrade. Le veau est de plus en plus cachectique, son poil est miteux et avec la baisse des températures, il crève de froid. En outre, la piètre qualité des soins a engendré une diarrhée sévère au point que son arrière-train et sa queue ne sont qu’un amas d’excréments agglutinés.

Afin d’éviter à l’animal une déshydratation qui pourrait lui être fatale, il devient évident qu’une prise en charge sérieuse s’avère être de plus en plus urgente.

 

Alors que nous insistons auprès de la bourgmestre afin qu’elle prononce une mesure de saisie, des photos prises par les riverains déferlent sur Facebook. Nos collègues du refuge « Au bonheur animal » se rendent également sur place afin de motiver l’autorité locale à prendre la seule décision qui s’impose.

 

La Bourgmestre sollicite un nouveau rapport vétérinaire qui est, cette fois, beaucoup plus accablant. La saisie est enfin ordonnée.

Nos collègues, bien que venant du refuge le plus proche, n’étant pas habilités à pourvoir accueillir des bovins (pas de statut sanitaire spécifique à cette espèce), c’est finalement Animaux en Péril qui a pris en charge le petit taureau.

 

Souffrant de graves carences alimentaires (il a la taille d’un veau de cinq mois alors qu’il en a dix), de parasitose et de déshydratation, il va maintenant bénéficier des meilleurs soins et d’un environnement confortable.

 

Un PV a été dressé à charge du propriétaire qui avait, selon certaines informations, acheté le jeune animal pour faire plaisir à un enfant.

 

 

Saisie dans une ferme pédagogique à Bruxelles
Saisie dans une ferme pédagogique à Bruxelles
Saisie dans une ferme pédagogique à Bruxelles
Saisie dans une ferme pédagogique à Bruxelles
Saisie dans une ferme pédagogique à Bruxelles
Saisie dans une ferme pédagogique à Bruxelles
Saisie dans une ferme pédagogique à Bruxelles