Sauvetage de 3 chevaux en situation de détresse en région liégeoise

17 février 2021

 

Ce mardi 16 février, Animaux en Péril, le Rêve d’Aby et Animal sans toi…t sont intervenus pour prendre en charge trois chevaux maltraités et détenus dans un environnement inacceptable. Des plaintes de riverains auprès de la cellule du bien-être animal de la ville de Liège ont alerté les autorités locales, celles-ci ont rapidement effectué un contrôle pour ainsi constater la situation de maltraitance.

La saisie a rapidement été ordonnée suite à l’inspection menée par le vétérinaire communal et la Société Royale de Protection Animale de Liège.

 

img-news-gauche

 

Des conditions de vie désolantes

 

Arrivées sur place, les équipes des refuges venues de Liège, d’Ath et de Namur n’ont pu que constater la situation de détresse des animaux.

Les chevaux pataugeaient dans un mélange de boue et d'excréments dont ils étaient également couverts. Ils se partageaient un terrain jonché de déchets, dont certains tranchants, qui auraient pu les blesser gravement. Au sein de ce dépotoir, l'abri de fortune des chevaux était en ruine et menaçait de s’effondrer à tout moment.

 

Une intervention sous tension

 

Malgré la résignation du propriétaire pour l'abandon, celui-ci n'a pas hésité à se montrer récalcitrant lors de l'intervention. Dans le déni le plus total, celui-ci assure que ses chevaux ne manquent de rien et sont bien soignés. Il s’est montré très agressif envers les soigneurs des refuges et a même menacé de coups un membre de notre équipe. La police, présente pour assurer la sécurité, a toutefois permis le bon déroulement de l’intervention.

 

« Suite au procès-verbal dressé par la police, le propriétaire a fait acte d’abandon volontaire. Toutefois, ce n’est pas cela qui lui permettra d’éviter les poursuites judiciaires ou administratives. » insiste Sophie Locatelli, Vice-Présidente d’Animaux en Péril.

 

Embarquement compliqué

 

Au vu de l’état sanitaire des équidés, il est clair que ceux-ci n’ont pas bénéficié de soins vétérinaires depuis fort longtemps.

Les sabots recourbés « en babouches » de l'un d'entre eux révèlent une absence totale de soins des pieds. Celui-ci peine à mettre un pied devant l’autre. La preuve en est qu’il s’est directement couché, une fois embarqué dans le van du refuge d’Animal sans toi…t.

Un autre cheval a énormément de difficultés à se déplacer en raison de ce qui semble être une fracture de la hanche. L'animal boite, traîne la jambe derrière lui et manque de tomber à plusieurs reprises lorsqu’il tente de rejoindre le van d’Animaux en Péril.

 

Aujourd’hui en sécurité

 

Les rescapés ont maintenant rejoint les écuries respectives des trois sanctuaires afin d’y profiter des meilleurs soins et de conditions de détentions optimales. Ils seront rapidement pris en charge par les vétérinaires et les maréchaux-ferrants des refuges.

Une fois revalidés, d’ici quelques semaines, ils pourront bénéficier pleinement des installations adaptées et de la bienveillance des soigneurs professionnels et des bénévoles. Ils partageront ensuite une vie en communauté en toute sécurité.

 

L’union fait la force

 

La coalition entre refuges a une fois de plus porté ses fruits. Animal Sans Toit, Le Rêve d'Aby et Animaux en Péril ont oeuvré ensemble pour porter secours à trois chevaux en difficulté.

Les associations remercient, pour leur efficacité et leur rapidité d’intervention, les services de police de Liège, le vétérinaire communal ainsi que la SRPA.

 

Condamnation et destination finale des animaux

 

Suite à la saisie ordonnée par l’autorité communale, le propriétaire a fait acte d’abandon de ses animaux, ce qui a pour conséquence positive que les refuges en sont d’ores et déjà propriétaires, et ce, sans attendre une décision de destination finale ordonnée par le bourgmestre.

 

La police a dressé un procès-verbal pour acte de maltraitance manifeste. Le propriétaire pourra écoper d'une amende et être poursuivi au pénal ou administrativement.

 

Si le Parquet décide de prendre la main dans cette affaire, il pourra renvoyer le propriétaire devant le tribunal correctionnel. Sur base de l’article D8 du Code wallon du Bien-être animal, celui-ci risque de 8 jours à 3 ans de prison et/ou une amende pouvant s’élever à 1 million d’euros.

Si le Parquet ne poursuit pas, la main reviendra alors au fonctionnaire sanctionnateur qui pourra infliger une amende pouvant aller jusqu’à 100.000 euros, mais également un retrait de permis de détention d’animaux.

Saisie de chevaux à Sprimont
Saisie de chevaux à Sprimont
Saisie de chevaux à Sprimont
Saisie de chevaux à Sprimont
Saisie de chevaux à Sprimont
Saisie de chevaux à Sprimont
Saisie de chevaux à Sprimont
Saisie de chevaux à Sprimont
Saisie de chevaux à Sprimont
Saisie de chevaux à Sprimont
Saisie de chevaux à Sprimont
Saisie de chevaux à Sprimont
Saisie de chevaux à Sprimont
Saisie de chevaux à Sprimont