Des animaux de basse-cour négligés !

4 août 2022

 

Les associations Animaux en Péril et Le Rêve d'Aby sont intervenues ce jeudi 4 août 2022 pour prendre en charge des animaux de basse-cour livrés à eux-mêmes à Wavre.

Les poules, canards et oies étaient livrés à eux-mêmes suite à l’expulsion des locataires des lieux, visiblement insensibles au sort de leurs animaux puisque ces derniers ne disposaient d’aucune ressource pour survivre.

 

img-news-gauche

Un environnement chaotique

 

Arrivés devant la maison aux côtés des autorités, les intervenants des associations sont immédiatement interpellés par l’odeur nauséabonde qui s’en dégage. L'habitation devra être traversée pour atteindre les animaux de basse-cour dans l’arrière-cour et laisse un spectacle frappant aux équipes : rats qui jonchent le sol, accumulation de déchets, déjections d’animaux… Après une inspection poussée, aucun animal ne sera retrouvé dans l’enceinte de la maison malgré les indices qui présupposaient la présence d’animaux de compagnie (gamelles, laisses, abreuvoirs pour lapins…).

 

Après avoir enjambé les déchets qui encombraient l’accès à l’arrière-cour, les soigneurs professionnels et bénévoles des ASBL découvrent enfin les animaux à prendre en charge. Deux oies et six poules vivent dans un enclos étroit et submergé d’objets dangereux. Ils évoluent en plein soleil, sans nourriture ni eau malgré la période de canicule que nous traversons.

 

L’exploration se poursuit et les équipes remarquent alors des cabanons totalement fermés. Leur accès nécessitera plusieurs longues minutes, car de lourdes planches en bois bloquent les entrées. Des animaux sont séquestrés dans deux abris de fortune : deux canards de pékin et cinq poules dans le premier et cinq autres poules dans le second. Tous vivent dans l’obscurité, et encore une fois, ne peuvent pas s’abreuver et se nourrir. Un canard de barbarie sera également découvert, mis à l’écart et enfermé plus loin sur le terrain.

 

Des animaux dans un triste état

 

L’ensemble des animaux tentaient de survivre, certains en s’abreuvant dans une seule et unique bassine d’eau croupie, d’autres en grattant le sol, bien que pauvre et sec. Le supplice est frappant pour les oies et canards, extrêmement maigres et déplumés. Deux canards sont d’ailleurs cachectiques (fontes des graisses et des muscles).

Aucun point d’eau n’était mis à disposition des canards et des oies, ce qui va à l’encontre de leurs besoins physiologiques et éthologiques. Animaux en Péril et Le Rêve d’Aby rappellent que les palmipèdes ont fondamentalement besoin d’eau dans leur espace de vie.

 

Le groupe d’animaux est extrêmement sale et souffre d’infestation de parasites. Ils devront être rapidement traités pour pouvoir reprendre du poids.

À leur arrivée au refuge, malgré le stress du transport, tous les animaux sans exception se sont jetés sur les abreuvoirs et dans les bacs à eau pour les palmipèdes.

 

Une inquiétude pour les oies et canards

 

Les soigneurs professionnels et les bénévoles ont agi très rapidement pour porter assistance à l’ensemble des animaux qui seront examinés par des vétérinaires dans les plus brefs délais.

 

L’état des poules est rassurant, elles sont très jeunes et semblent déjà se plaire dans l’enclos de quarantaine où elles ont été déposées à leur arrivée. Les canards et les oies inquiètent toutefois les soigneurs professionnels; les palmipèdes sont cachectiques et déshydratés.

 

Ces animaux sont maintenant sous la protection des associations. Ils bénéficient donc de soins appropriés ainsi que de tout le confort d’un enclos adapté à leur espèce.

 

Et après?

 

Suite à la découverte des lieux de détention catastrophiques et à l’état misérable des animaux, les associations Animaux en Péril et Le Rêve d’Aby ont demandé et insisté auprès de l’agent de police présent sur place afin d’établir un procès-verbal pour maltraitance manifeste.

 

Les ASBL espèrent que le procès-verbal ne sera pas classé sans suite. Pour rappel, depuis le 1er janvier 2019, la justice, comme l’administration en Région wallonne, a le pouvoir de retirer le permis de détention d’animaux à tout citoyen.

 

Les ASBL remercient l’agent de quartier ainsi que l’huissier de justice présents sur les lieux qui n’ont pas hésité à prêter main forte pour la prise en charge des animaux.

 

Animaux de basse-cour négligés à Wavre
Animaux de basse-cour négligés à Wavre
Animaux de basse-cour négligés à Wavre
Animaux de basse-cour négligés à Wavre
Animaux de basse-cour négligés à Wavre
Animaux de basse-cour négligés à Wavre
Animaux de basse-cour négligés à Wavre
Animaux de basse-cour négligés à Wavre
Animaux de basse-cour négligés à Wavre
Animaux de basse-cour négligés à Wavre
Animaux de basse-cour négligés à Wavre
Animaux de basse-cour négligés à Wavre
Animaux de basse-cour négligés à Wavre
Animaux de basse-cour négligés à Wavre